Lyon. Les amoureux du 15 janvier

Troisième escale de la Tournée des traducteurs, première émotion : à Lyon, la librairie Decitre de la place Bellecour s’étend sur trois niveaux ! Les affiches de l’événement, collées ici et là, nous guident, notre montgolfière littéraire nous montre le chemin.

lyon decitre courriol hermeziu

Au niveau – 1 on se repère vite et on sourit largement : sur des présentoirs bien visibles les plus belles histoires d’amour de la littérature roumaine s’offrent à de nouveaux lecteurs, sous le regard amoureux de nos deux traducteurs invités, qui viennent juste d’arriver. Florica Ciodaru-Courriol et Jean-Louis Courriol, couple dans la vie et binôme de traducteurs, préparent leurs notes et leurs marques-pages. « Couples. La force du destin » est le thème littéraire de notre soirée lyonnaise.

Le public arrive, prend place, des chaises supplémentaires sont dépliées… Signe qu’en littérature, peut-être plus qu’ailleurs, les promesses d’amour nourrissent l’imaginaire de belles rencontres. Il y a toujours quelque part un livre qui peut changer notre destin.

Le hasard fait bien les choses, notre escale a lieu le 15 janvier : il y a 169 ans venait au monde Mihail Eminescu (1850-1889), le monumental poète national des Roumains et le dernier grand poète romantique européen. Son intense et brève histoire d’amour avec la poétesse et sa muse Veronica Micle est passée dans la légende et ses poèmes d’amour raisonnent toujours dans la mémoire affective et culturelle de tout lecteur roumain. Venue assister à cette soirée, Madame Anca Opris, consule de la Roumanie à Lyon, rappelle à juste titre que le 15 janvier on fête, dans son pays, la Journée de la Culture nationale. Et pour cause.

Pour le public français, c’est la découverte d’un symbole culturel et avant tout d’un immense poète. Et bien-sûr, Mihai Eminescu est traduisible, et oui, il est d’ailleurs magnifiquement traduit en français par Jean-Louis Courriol :jl courriol decitre lyon

« Si jamais il m’advient de te voir le matin,

Je verrai un tilleul en rêve, c’est certain.

Mais si c’est un tilleul que je vois en chemin,

Tes yeux toute la nuit brilleront dans les miens. »

(Si jamais il m’advient…, Mihai Eminescu, Poésies/Poezii, Poèmes traduits du roumain par Jean-Louis Courriol, éditions Non Lieu, 2015)

Avec Eminescu, la langue littéraire roumaine a fait un saut (presque quantique) explique le traducteur. Une onde d’émotion traverse l’auditoire lorsque Florica Courriol choisit de lire un fragment de la biographie du poète : dans un roman foisonnant, à la fois très documenté et presque rêvé, l’écrivaine roumaine Florina Ilis a imaginé toutes Les Vies parallèles du poète. (éditions des Syrtes, traduit par Marily Le Nir).

Et voilà, Eminescu et Veronica s’embrassent pour la première fois…

ilis vies parallèles

Amours et désamours, jalousies et autres tourments, séparations mélancoliques et retrouvailles fantasmées : les deux traducteurs évoquent une dizaine de couples célèbres, portés par des personnages forts et de belles plumes, des écrivains roumains d’hier ou d’aujourd’hui, réalistes ou proustiens, surréalistes ou baroques. On ouvre les romans de Liviu Rebreanu, Camil Petrescu, Cezar Petrescu, Gellu Naum, Gabriela Adameșteanu, Marta Petreu, Florina Ilis, Cătălin Pavel 

pour rencontrer…

…Toma Novac et Ileana, Madame T. et Fred, Ștefan Gheorghidiu et Ela, Zenobia, Letiția Arcan et SorinMica et Augustin, Mihai Eminescu et Veronica, Zoran et Zouleika…

Leurs amours sont devenues les nôtres, grâce surtout à leurs traducteurs, ces  merveilleux passeurs d’émotions – d’une langue à une autre, d’un lecteur à un autre. Ils s’appellent Florica Courriol, Jean-Louis Courriol, Laure Hinckel, Luba Jurgenson et Sebastien Reichmann, Nicolas Cavaillès, Marily Le Nir.

Dans le public, quelques auditeurs ont sorti des carnets et prennent des notes.

florica courriol lyon doamna t

L’amour (des livres) donne des ailes, une heure et quart passent comme un éclair. Trop court, trop court pour évoquer tant de couples envoûtants et pour convoquer la force de leur destin littéraire.

Et si on faisait un top des personnages les plus séduisants ?

« L’énigmatique Madame T. est la plus belle femme de la littérature roumaine », lance Florica Courriol.

Et comment …!

Mais il y a matière à débattre, si vous voulez bien…

Une prochaine fois ?

(Carnet de bord rédigé par Cristina Hermeziu)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.